#AspirationsFéminines - Delphine Remy Boutang, entrepreneuse multirécidiviste

#AspirationsFéminines - Delphine Remy Boutang, entrepreneuse multirécidiviste

Delphine Remy Boutang

Delphine Remy-Boutang, Serial entrepreneure, co-fondatrice de La Journée de la Femme Digitale, fondatrice de l’agence digitale the bureau basée à Paris et à Londres et du JFD Connect Club.

 

Delphine, Que fais-tu dans la vie ? Qui es tu ? 

J'ai une agence de communication digitale The bureau à Londres et à Paris. En parallèle, il y a 5 ans, j'ai cofondé la Journée de la Femme Digitale, qui a lieu tous les ans autour de la journée internationale des droits des femmes. Nous avons rassemblé plus de 10 000 personnes à la dernière édition qui s’est tenue en mars 2017 à la Cité de la Mode et du Design sur le thème : #ForABetterWorld. Ce thème engageait chacune à choisir un verbe d'action, qui rappelle l’ambition de la journée. Avant de créer mon agence, j'ai travaillé 15 ans chez IBM, dans un univers masculin. J’étais en charge de la partie marketing, communication et social media. Je prenais souvent la parole, en tant que femme j’ai réalisé le manque de féminité dans le monde digital. J'ai eu envie de créer the bureau dans ma crise de la quarantaine !

 

Qu’est ce qui t’inspire au quotidien ? 

Toutes les femmes qui entreprennent aussi bien en tant qu’entrepreneures, qu’intrapreneures, qui utilisent les nouvelles technologies pour créer un monde meilleur. Il y a un nom de poste qui me fascine « architecte software ». Dans cet univers numérique, je vois le pouvoir de changer le monde pour le meilleur avec la puissance de la technologie. La technologie permet de faire rapidement beaucoup de choses. Au sein de la Journée de la Femme Digitale, le cœur de l'idée est de mettre en avant les femmes et de créer de nouvelles Margaret, en hommage à Margaret Hamilton, codeuse de la Nasa et inspiratrice du Prix Margaret créé en 2016 afin de célébrer les femmes qui entreprennent ou intraprennent. 

 

Quelles sont tes valeurs ?

Innovation, partage et bienveillance. L’innovation au féminin et le partage par le networking. Ce qui anime ces valeurs, c’est de mettre en œuvre ce que l’on appelle la discrimination positive pour créer un monde plus juste et égalitaire. D’après le forum économique de Davos, nous devrions atteindre une égalité des genres dans 169 ans. Il y a donc encore un long chemin à parcourir pour lequel je peux mettre mon énergie.

 

Tu pourrais nous décrire ta journée type ?

Ma journée type commence par une matinée positive. Je me lève très tôt le matin, pour pouvoir avancer sur tout ce que je ne peux pas faire au bureau, c’est à dire vers 5-6h. La première chose que je fais, c'est que je regarde mon profil Twitter et les réseaux sociaux. Je prends un petit déjeuner. J’aime bien prendre mes rendez-vous tôt. Dans la journée, j'enchaîne les rendez-vous mais j'essaye d'avoir des plages horaires où je n’ai rien, des pauses pour m'inspirer ou d’autres moments dédiés à l'innovation. Je finis relativement tôt. J’ai gardé l’habitude de ma vie en Angleterre, où l’on finit tôt. Autrement, cela veut dire que l’on n’a pas bien organisé sa journée. J'incite mes équipes à prendre du temps pour elles. En fin de journée, je m’occupe de mon fils et profite de lui.

 

Quel est ton objectif de vie ?

Mon objectif est que l’an 2186, c’est à dire, l’année estimée pour atteindre l’égalité femmes-hommes arrive le plus tôt possible.

 

Comment trouves-tu ton équilibre dans la vie ?

Mon équilibre vient du temps que j’alloue à ma vie privée. Pour moi, il essentiel de se déconnecter et rester connecté à sa soi-même. Je suis une Yoga addict, ce qui m’apprend aussi la persévérance et l’endurance. J’ai découvert le Yoga avec une amie et depuis je ne peux plus m’en passer. Le temps pour soi, voilà comment je garde mon équilibre.

 

Quel est ton moto ?

J’ai plusieurs phrases qui m’inspirent. Une citation d’Antoine de Saint-Exupéry, « Dans la vie il n’y a pas de solutions, il y a des forces en marche ».

J’ai aussi appris d'une entrepreneure « never give up », ou encore, d’Audrey Hepburn, « Dans impossible, il y a i am possible ». 

Merci Delphine ! 

Journée de la femme digitale

Partager sur Facebook Tweet Partager sur Instagram Pin it !